Voulez-vous faire de la publicité? Appeler au numéro sans frais: 1-888-377-2222

La Catalogne dit «oui» au terme d’une journée noire

La Catalogne est-elle sur le point de déclarer son indépendance ? Les centaines de milliers de personnes qui scandaient « Nous avons voté » sur la place de la Catalogne à Barcelone, dimanche soir, en étaient convaincues. Mais c’est aussi ce qu’a semblé laisser entendre le président catalan au terme d’une journée historique marquée par des violences jamais vues depuis le retour de l’Espagne à la démocratie, en 1982. Dimanche soir, le pays semblait plongé dans une crise politique sans précédent.

 

Selon les résultats préliminaires, le gouvernement catalan assure que le scrutin, pourtant interdit par Madrid, aurait mobilisé plus de 2,2 millions d’électeurs sur un total de 5,2 millions. Parmi ces électeurs, 90 % auraient voté « oui » et 7,8 % « non ». Avec 400 bureaux de vote fermés, sur 2300, le porte-parole du gouvernement a reconnu que le vote avait connu d’« énormes difficultés ». 777 000 électeurs n’auraient pas pu voter. Mais, dit-il, « le vote est terminé et nous avons voté ». Avec pour résultat que la participation ne dépasse guère celle de la grande consultation informelle qui s’était tenue le 9 novembre 2014.

 

Pour le président de la Generalitat, « les Catalans ont gagné le droit d’avoir un État indépendant ». Avant même la divulgation des résultats finaux, Carles Puigdemont a précisé qu’il soumettrait dans quelques jours ces résultats au Parlement, comme le prévoit la loi catalane. La même loi prévoit aussi que le Parlement peut déclarer l’indépendance 48 heures après la publication des résultats définitifs, et avant l’ouverture d’une période de négociation. Le président en a appelé à la médiation de l’Union européenne pour mettre fin à la « violation des droits humains » d’un peuple « pacifique ».

 

La réponse de Madrid ne s’est pas fait attendre. « Il n’y a pas eu de référendum d’autodétermination en Catalogne ! » a tranché le président espagnol, Mariano Rajoy. Sans faire allusion aux violences qui ont rythmé la journée, il s’est contenté de dénoncer « le chantage d’une minorité contre toute la nation ». Le président rencontrera les partis d’opposition pour discuter de la crise ouverte dimanche.


Read more...

views : 76 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below