Voulez-vous faire de la publicité? Appeler au numéro sans frais: 1-888-377-2222

La France appelle le Canada à renoncer à exploiter ses énergies fossiles

Le gouvernement français d’Emmanuel Macron estime que le Canada devra faire preuve de « courage » et renoncer à exploiter ses énergies fossiles, au nom de l’engagement international à lutter contre les changements climatiques. C’est ce qu’a déclaré l’Élysée au Devoir en marge du One Planet Summit de Paris.

 

« La situation du Canada est une illustration du courage qu’il faut avoir aujourd’hui pour renoncer à certaines richesses qui se trouvent sous nos pieds », a ainsi soutenu « la présidence de la République française ».

 

« C’est tellement tentant d’utiliser ces ressources, surtout que vous avez de tout au Canada. Vous avez du gaz naturel, vous avez du pétrole, vous avez les sables bitumineux. Ce sont des milliards de dollars qui dorment », a ajouté l’Élysée.

 

Uniquement pour le pétrole, l’Association canadienne des producteurs pétroliers prévoit que la production quotidienne passera de 3,8 millions barils aujourd’hui à 5,1 millions de barils en 2030. Cela équivaut à plus de 1,8 milliard de barils par année. La plus grande part de cette croissance doit provenir des sables bitumineux, dont la production quotidienne doit passer de 2,4 millions de barils, l’an dernier, à 3,7 millions de barils en 2030. Il s’agit d’une hausse d’un peu plus de 50 %.

 

« En même temps, a ajouté la présidence française, vous savez que si vous continuez à exploiter ces ressources, vous allez augmenter les émissions de gaz à effet de serre. […] Vous avez donc toutes ces ressources auxquelles il faut renoncer. Ça, c’est le courage des dirigeants qui doit être de dire : “Quelles sont les stratégies à prendre pour ‘décarboner’ notre économie ?” » L’Élysée a d’ailleurs reconnu que le Canada « est dans une situation qui est très difficile ».

 

« Il y a une conscience climatique qui est très élevée au Canada, a-t-on toutefois souligné au lendemain du One Planet Summit de Paris. Les gens voient les effets du réchauffement climatique dans le Grand Nord, dans les océans. »

 

La présidence de la République a fait référence à la fonte du pergélisol de l’Arctique, une situation qui risque de libérer des quantités très importantes de méthane au cours des prochaines décennies. Or, ce gaz à effet de serre, qui n’a jamais été pris en compte dans les prévisions climatiques sur lesquelles s’appuient les engagements de l’Accord de Paris, peut être au moins 30 fois plus puissant que le CO2, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

 

Initiatives prometteuses

 

L’Élysée, qui a tenu des rencontres avec des représentants politiques canadiens et québécois à Paris au cours des derniers jours, a par ailleurs salué l’existence de gestes concrets en faveur de la lutte contre les changements climatiques au pays. « Il y a des initiatives très prometteuses qui sont prises par des villes canadiennes, mais aussi par certaines provinces, comme le Québec avec le marché du carbone, qui est en train de se connecter avec différentes régions. »

 

La présidence de la République française invite donc les scientifiques et les organisations gouvernementales « à aider le gouvernement à prendre les bonnes décisions ». Selon le Programme des Nations unies pour l’environnement, le respect des objectifs de l’Accord de Paris impose de laisser sous terre entre 80 % et 90 % des réserves connues de charbon, un tiers de celles de pétrole et la moitié de celles de gaz.

 

Les craintes

 

« On sait que la situation est déjà très grave, a-t-on fait valoir au Devoir. Mais la crainte des scientifiques, c’est que la situation devienne de plus en plus grave, en raison de l’effet d’emballement des changements climatiques. […] La bataille n’est peut-être pas perdue d’avance, mais elle est très difficile. »

 

Le développement des projets pour réduire les émissions de gaz à effet de serre était d’ailleurs au coeur du sommet organisé dans la capitale française pour faire le point, deux ans après l’adoption de l’Accord de Paris.

 

Plusieurs intervenants ont profité de l’occasion pour plaider en faveur d’une sortie rapide des énergies fossiles. « Les énergies fossiles appartiennent au modèle économique du passé. Elles ne sont plus la solution, elles sont le problème », a résumé le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Même son de cloche de la part du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. La Banque mondiale a pour sa part annoncé la fin, après 2019, du financement de projets pétroliers et gaziers.

 

views : 56 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below