Voulez-vous faire de la publicité? Appeler au numéro sans frais: 1-888-377-2222

La drogue a détruit son cœur

Un jeune homme de 23 ans attend une greffe du cœur pour survivre parce qu’il a détruit le sien en consommant de la cocaïne et jusqu’à 10 comprimés de méthamphétamines par jour.

« Je ne pensais pas en arriver là en gobant un speed ou en sniffant une ligne. Je ne pensais pas que ce serait catastrophique [...] C’est fou comment la vie peut tenir juste à un fil » confie Joé Lagacé-Maillé dans une vidéo publiée sur Facebook, vue et partagée des milliers de fois.

« Tout ça parce que j’ai voulu me geler la face comme un cave », souffle le jeune mécanicien-soudeur de Barraute, en Abitibi, couché dans son lit de l’Institut de cardiologie de Montréal.

S’il se dit « dompté » après avoir frôlé la mort, il espère maintenant que d’autres jeunes tireront les mêmes leçons que lui en voyant ce qu’il traverse.

Il est hospitalisé depuis le 11 mars, quand il a été transporté d’urgence en avion depuis Amos. Il s’était rendu chez le médecin, car il était faible et fatigué depuis des mois, presque incapable de monter 10 marches d’escalier.

Son cœur ne fonctionne qu’à 10 % de sa capacité, dit-il. Son ventricule gauche, qui doit pomper son sang est presque arrêté. Demain ou lundi, il risque d’être opéré pour qu’on lui installe un cœur articifiel en attendant une greffe, sa seule chance de survie.

Dès 12 ans

Joé Lagacé-Maillé l’avoue, il a commencé à se droguer très jeune. Dès l’âge de 12 ans, il fumait du cannabis et buvait de l’alcool. Il voulait « triper » avec ses amis qui consommaient eux aussi.

À 14 ans, il essayait les méthamphétamines, sous forme de comprimés comme le speed. Pendant des années, il pouvait en prendre jusqu’à 10 comprimés par jour. Sans compter les trois lignes de cocaïne qu’il pouvait inspirer quotidiennement.

Il a aussi essayé l’ecstasy, le LSD et le crystal meth, raconte-t-il.

Pourtant, il avait réussi à presque tout arrêter depuis un an, après avoir rencontré sa copine actuelle. Mais il était trop tard, les ravages à son cœur étaient faits.

« Si je n’étais pas allé voir le médecin ce jour-là, j’aurais crevé chez moi », dit-il, conscient de l’avoir échappé belle, mais complètement abasourdi quand les médecins lui ont dit que sa consommation de drogue était la coupable.

« Extrêmement toxique »

« Dix comprimés par jour, c’est énorme et extrêmement toxique, surtout quand le corps n’est pas encore complètement formé », soutient l’expert Jean-Sébastien Fallu.

views : 238 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below