Voulez-vous faire de la publicité? Appeler au numéro sans frais: 1-888-377-2222

Bains sautés et «énormément de patates pilées»

Des préposés qui suggèrent le port d'une culotte d'incontinence à un jeune homme handicapé qui n'est pas incontinent. Des bains donnés une fois par semaine - et parfois aux deux semaines - à 5h30 du matin. Des rôties pour souper. Sans oublier les patates pilées. « Énormément de patates pilées. »

Joël Bellehumeur et Camille Lefebvre sont handicapés. Le jeune homme est atteint d'amyotrophie spinale, la jeune femme de paralysie cérébrale. Les deux ont une chambre obtenue par un contrat du réseau public dans une résidence privée de Gatineau. Confinés à leur fauteuil roulant ou à leur lit, ils dépendent des préposés pour accomplir une foule de petits gestes du quotidien. Mais le service n'est pas toujours au rendez-vous, déplorent-ils.

Les deux jeunes adultes n'ont pas voulu rendre public le nom de la résidence où ils demeurent, parce qu'ils souhaitent d'abord et avant tout « faire connaître la situation au grand public », explique Joël.

En emménageant là où ils vivent actuellement, ils se sont tout de suite sentis mieux que dans la résidence intermédiaire où ils étaient auparavant, disent-ils conjointement. Mais au fil des ans, les lacunes se sont accumulées dans la prestation de soins qui leur est offerte, affirment-ils. Ils reconnaissent que certains préposés sont attentionnés, mais perçoivent que certains « n'aiment pas leur job ».

Read more...


views : 77 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below